Reconversion professionnelle : les questions à se poser

Savoir
ce que l’on veut comme job

Qui suis-je ? Où vais-je ? Quel job ? Dans quel « état j’erre » dois-je me ranger ?

S’il y a une chose qui nous surprend chaque jour, c’est bien le fait que les candidats que nous avons face à nous n’ont pas souvent une vision très claire du job qu’il faudrait qu’on leur trouve. Savoir ce que l’on veut comme job est une question importante, vitale même, qui mérite de se poser un peu pour réfléchir. Voilà de quoi vous aider.

Savoir définir son objectif professionnel, question facile ?

Vous avez certainement déjà eu cette question en entretien d’embauche. Avez-vous été pris.e au dépourvu ?
C’est fort possible, car définir un intitulé de fonction, des missions, des priorités dans ce qui fait notre travail au quotidien est tout sauf facile.

Se projeter dans le futur demande une analyse de ce que l’on a fait, de ce que l’on aime faire et de ce que l’on veut faire. Question complexe et on ne peut plus importante.
Recruter aujourd’hui, dans un contexte de relations tendues entre employeurs et salariés (avec autant d’attentes fortes de part et d’autre), nécessite bien sûr de trouver les compétences définies sur la fiche de poste, mais aussi d’écouter, de comprendre et de proposer.
Cela vaut autant pour le candidat (pour qui l’exercice qui consiste à définir son objectif professionnel est périlleux) que pour l’employeur (qui a souvent, lui, trop de besoins urgents pour se projeter dans l’avenir).

On sait que l’humain fait toute la force de l’équipe, et donc de l’entreprise OK.
Mais dans les faits on fait comment pour répondre à la question « quel est le job que vous désirez ? »

Bien se connaître

Une équipe gagnante, c’est à la fois du bon résultat pour l’entreprise et un job sympa pour le collaborateur.

C’est donc un groupe de personnes unies par leur façon de penser, d’être et d’agir, qui ont en commun un objectif certes, mais surtout des croyances et des valeurs. Concernant les métiers de la création, de la communication, du marketing et du digital, on sait quel est le critère prioritaire pour choisir un job : c’est le plaisir au travail ! 

Il est donc utile de se demander (on vous conseille de rédiger pour pouvoir y revenir plus tard) :

– En quoi consiste mon métier ?

Acheteur : je négocie les coûts et conditions de prestations et veille à ce que la qualité de la performance soit au rendez-vous, gestion d’appels d’offres avec des délais courts, prescripteurs internes exigeants et en attente que l’on réponde aux besoins attendus, sourcing de fournisseurs, comparatifs sur Excel parfois complexes, curiosité requise pour parfaire ses connaissances de domaines toujours nouveaux.
– Qu’est-ce que je préfère sur les missions qu’on me confie ?

– la négociation, atteindre mes objectifs

– le relationnel

– la découverte de différents domaines / familles d achats, le fait de se renouveler en permanence
– Qu’est-ce que je voudrais changer (supprimer ou ajouter) ?

– pouvoir plus prendre mon temps, faire à ma façon, – éviter l’aspect répétitif, redondant – m’éloigner d’une stress – écrire plus – concrétiser des projets
– A quel poste / environnement / sujet / entreprise j’aspire ?

chef de projet achats, événementiel, communication
Cela fait beaucoup de questions on vous l’accorde mais elles sont vitales pour que le recruteur face à vous comprenne qui vous êtes et ce qui est important pour vous. Et, heureusement, on a tous des priorités différentes !

what who

Une autre méthode existe pour vous faire réfléchir efficacement, qu’on aime bien : les 5 W / Pourquoi.

Il s’agit de vous poser les questions :
– Who (ce qui me définit dans mon travail)
– When (quand dois-je bouger)
– Where (chez qui)
– How (quel plan d’action : offres d’emploi, candidatures spontanées, réseau…)
– Why (ce que je ne veux plus faire)
– What (priorités de mon futur job).

Si vous n’arrivez vraiment pas à vous positionner, on peut vous proposer d’analyser votre job actuel en montant un petit tableau excel avec 3 colonnes, que vous remplirez au fur et à mesure avec toutes les tâches que vous faites au quotidien. Le premier jour ça va vite vous énerver (s’interrompre toutes les 10 minutes pour remplir le tableau est clairement rébarbatif) mais l’exercice va vite vous montrer, au bout de quelques jours, comme c’est un moyen idéal pour avoir les idées claires :
Idéalement sur plusieurs jours de façon à voir comment vous répartissez votre temps de travail :
– 1re colonne : les missions, vous décrivez les tâches qui vous sont attribuées
– 2e colonne (plus facile, juste à mettre des croix) : ce que j’aime faire (et que je garde)
– 3e colonne (idem avec des croix) : ce que je n’aime pas ou plus faire (et que je ne veux pas dans mon prochain job).

question job

Pour ceux qui sont plus sensibles aux chiffres, vous pouvez utiliser la formule mathématique du « Confidence Factor » qui va attribuer des pourcentages aux différents critères qui font votre job : 0,2 x salaire + 0,15 x satisfaction + 0,15 x opportunité + 0,1 x vie privée + 0,1 x culture d’entreprise + 0,1 x  santé financière de l’entreprise + 0,05 x localisation de l’entreprise + 0,05 x travail d’équipe + 0,05 x routine + 0,05 x B ou C
A voir ici : « Le job idéal, ça se calcule »

En tout cas, c’est à partir de cette réflexion, nécessaire et vitale, que l’on peut exprimer un projet professionnel et demander à un recruteur de mettre un poste en adéquation.

Un exemple très personnel

Exemple, j’ai changé de voie professionnelle en quittant une fonction communication que beaucoup m’enviaient (je gérais la communication d’une marque de luxe) pour créer le cabinet de recrutement Elaee (spécialiste communication, marketing, digital) quand je me suis rendue compte que ma principale satisfaction était liée directement aux RH (recruter, former, monter des équipes…).
Pour moi, rencontrer, questionner apprendre et s’enrichir au contact de professionnels (qu’ils soient candidats ou futurs employeurs) est ce que je préfère dans mon job. Et ce depuis plus de 15 ans.
Ce n’est pas un hasard si j’ai créé le nom d’Elaee pour évoquer à la fois le stratège Enée (protagoniste de la guerre de Troie et fondateur mythique de Rome), et Zénon d’Élée, le père de la dialectique pour qui « le vide n’existe pas ».
Je dis aussi souvent que je fais le plus beau métier du monde puisque je suis, en quelque sorte, payée pour rencontrer des gens ;-))

Dans tous les cas, je reste persuadée que l’envie et la motivation doivent être les deux premiers critères pour chacun de nous. « Parce qu’on ne fait bien que ce qu’on aime faire ».

Alors, et vous. Savez-vous répondre à la question « Qu’est-ce qui me donne envie de me lever le matin pour aller bosser ? »

 

https://www.elaee.com/2020/02/27/31933-savoir-ce-que-lon-veut-comme-job

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s